Aller à la navigation Aller au contenu

10 questions clés pour tester votre police assurance dommages

En cas de sinistre, une mauvaise compréhension de la police d’assurance peut avoir des conséquences désastreuses pour les comptes de l’entreprise. Champs d’application restreints, exclusions, garanties limitées, le Risk Manager endosse la lourde responsabilité de contracter un produit parfaitement adapté au périmètre du besoin de son entreprise. Dix questions essentielles à vous poser pour faire le point sur votre police d’assurance dommages.

1. Quelles sont les limites de ma police tous risques ?

Le concept “tous risques”, apparu dans les années 1990, stipule que les contrats d’assurance ne doivent plus définir ce qu’ils couvrent mais ce qu’ils ne couvrent pas (guerre, nucléaire, fraude, etc.). Il revient dès lors, non plus à l’assuré de prouver l’origine du dommage, mais à l’assureur d’indiquer, en amont, qu’une exclusion s’applique. Vous devez donc vérifier, par exemple, qu’il n’existe pas de limitation concernant un incendie consécutif à un tremblement de terre. La police FM Global se distingue sur ce point en ne limitant jamais l’incendie consécutif, même si l’événement d’origine comme le tremblement de terre, l’inondation ou encore le terrorisme est limité en montant de garantie.

 

2. Tous mes biens sont-ils couverts sans exception ?

La protection des biens exclut traditionnellement le terrain (et l’eau contenue dans la terre), les animaux, les bateaux, les avions, etc. Or ces biens peuvent avoir une réelle valeur dans certains secteurs industriels. « Nous avons ainsi révisé ces exclusions et adapté les textes de notre police pour couvrir, par exemple, les avions ou les bâteaux pour nos clients du monde de l’aéronautique ou du nautisme », illustre Guy Vercauteren, Directeur technique souscription chez FM Global.

 

3. Comment sont assurés les produits en cours de fabrication ?

Si les deux parties sont généralement en phase concernant les matières premières et les produits finis assurés en valeur de vente, des écarts peuvent apparaître concernant le coût de remplacement des produits en cours de fabrication. Aussi est-il indispensable de suivre avec attention le schéma de production afin d’avoir une vision précise de ce que coûterait le sinistre, et ainsi éviter toute surprise au moment de l’indemnisation.

 

4. Quelle est la valeur de mon équipement prise en compte dans ma police ?

En guise de valeur à neuf, la plupart des polices du marché retient la valeur de l’équipement vétusté déduite majorée en règle générale de 30 %. La police FM Global propose, quant à elle, une valeur de remplacement, disposition particulièrement appréciée dans le cas des équipements informatisés ou robotisés dont la valeur décroît rapidement.

 

5. Que se passe-t-il pour ma déclaration de valeur en cas de forte évaluation/dépréciation de mes biens ?

Dans le cas d’une forte inflation (comme en Argentine ou au Brésil) ou d’une sortie d’embargo (comme ce fut le cas en Afrique du Sud à la sortie de l’embargo anti-apartheid) par exemple, vos biens peuvent subitement prendre de la valeur. Votre déclaration de valeur sera donc sous-estimée par rapport à la valeur réelle de vos biens. En cas de sinistre, FM Global vous indemnisera en fonction de la valeur à l’instant t de vos biens. À l’inverse, en cas de dévaluation monétaire officielle, vos biens pourraient perdre de la valeur subitement. En cas de sinistre, la police FM Global propose une garantie permettant de compenser l’effet de cette dévaluation sur le montant de votre indemnisation.

 

6. Que faire en cas d’interdépendance entre plusieurs usines de mon groupe ?

Si l’usine B achète par exemple des produits à l’usine A, il vous faut inclure la marge bénéficiaire (= le coût de transfert interne) de l’usine A dans l’assiette de prime de votre police d’assurance. « Vous serez alors indemnisé à la fois pour le coût de remplacement de vos biens, et pour la perte d’exploitation due aux interdépendances entre les deux usines ; le plus important étant l’absence de limitation particulière pour les interdépendances entre sites assurés », confirme Christian Bousquié, Vice-président et Regional Sales Manager chez FM Global.

 

7. Comment sont couverts les futurs bénéfices générés par mes nouveaux investissements ?

Une attention toute particulière au moment de contracter votre police d’assurance dommages est de vérifier que celle-ci n’exclut pas les investissements qui n’entrent pas encore dans l’assiette d’exploitation, une nouvelle ligne de production par exemple.

 

8. Que se passe-t-il si la commande et la reconstruction de mes gros équipements nécessitent un délai plus important ?

Certaines garanties de pertes d’exploitation peuvent être limitées dans le temps. Avec l’option Perte d’Exploitation, FM Global propose une alternative à la garantie perte de marge brute (gross profit) telle qu’elle est pratiquée en Europe. Vous pouvez lui préférer l’option perte de production (gross earnings) : ce modèle vous indemnise jusqu’à ce que le site sinistré soit remis dans l’état où il se trouvait avant le sinistre sans limite de temps. Les deux options sont chiffrées pour retenir la solution la mieux adaptée à vos besoins (voir l’article Perte d’exploitation : plus de liberté pour le Risk Manager).

 

9. Ma police d’assurance est-elle en conformité avec la législation locale ?

L’émergence de nouveaux marchés, disposant chacun de leurs propres régulations locales plus ou moins contraignantes, a considérablement compliqué le travail des Risk Managers. L’enjeu est dès lors de trouver un équilibre entre unicité des garanties entre vos sites en tous points du globe, et conformité aux réglementations locales.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article Pour une couverture de risque optimale.

 

10. Au-delà de ma police, comment suis-je accompagné par mon assureur ?

Tisser une relation de long terme avec votre assureur permet à celui-ci d’identifier au mieux vos besoins, et donc de vous apporter les réponses les plus adéquates en cas sinistre. Dans cette optique, les différents métiers de FM Global œuvrent de concert. Parmi eux, les régleurs de sinistres. « Entreprendre et encadrer un processus de décontamination ? Lancer une opération de déblaiement ? Nos conseils donnent souvent l’impulsion nécessaire dans la prise de décision », témoigne Patrick Goudin, régleur de sinistres chez FM Global, qui rappelle qu’une intervention rapide facilite par ailleurs l’identification de l’origine du sinistre.

FM Global est le spécialiste mondial de la prévention, la gestion et l'assurance des risques industriels. Un seul but: garantir aux entreprises la continuité de leurs activités partout dans le monde.

Découvrir