Aller à la navigation Aller au contenu
en savoir plus

Qatar, Taïwan, Ukraine : les évolutions 2015 de l’indice de résilience

L’indice de résilience développé par FM Global est aujourd’hui un outil d’analyse unique pour les Risk Managers et les décideurs. Inauguré en 2014, ce classement s’appuie sur les données de 130 pays pour déterminer leur degré de résilience, c’est-à dire leur capacité à se relever d’une crise, en fonction de leur situation économique, de la qualité du risque et des chaînes d’approvisionnement. Cette année, si le haut du classement s’illustre par sa stabilité, certains pays ont au contraire vu leurs positions affaiblies par une instabilité politique ou une fragile gestion des risques. Ceux qui avaient investi en prévention et protection ont au contraire été récompensés.

Les grands gagnants de la résilience

La Norvège confirme sa place de leader avec une fois encore d’excellents résultats dans tous les domaines, suivie de près par la Suisse, qui profite toujours de sa vitalité économique et peut compter sur des infrastructures de qualité.

Entrées remarquées, le top 10 accueille désormais le Quatar (7e) et la Finlande (9e) et voit sortir la Belgique (11e) et l’Australie (14e). L’émirat passe ainsi de la 15ème place à la 7ème grâce à une économie stable, un marché des biens et du travail performant et un degré de sécurité élevé. Pour la Finlande, les raisons du succès se justifient par d’excellents résultats dans la recherche et formation, fruits d’investissements et d’une bonne collaboration entre privé et public.

La France en faible recul sous le coup du risque terroriste

La France, quant à elle, perd quelques places pour venir se placer en 19ème position, juste avant la Grande-Bretagne. « La perception du risque terroriste en France a eu un impact, et ce avant même les événements tragiques du début d’année » explique Thierry Masurel, directeur général Europe du Sud chez FM Global. La perception décevante de la qualité des infrastructures et des fournisseurs locaux a également porté préjudice.

L’Ukraine chute et Taiwan bondit

Sans surprise, l’Ukraine (107e) a enregistré l’une des plus importantes chutes du classement en perdant 31 places. La situation politique du pays reste aujourd’hui encore très incertaine et les infrastructures ont été particulièrement fragilisées pendant le conflit.

La Thaïlande, déjà affaiblie par les inondations de 2011, a également vécu une année riche en bouleversements politiques, ce qui explique en partie une chute de 20 places au classement. A ces événements, viennent s’ajouter une dégradation de la perception des infrastructures et de la qualité de la gestion du risque incendie.

L’édition 2015 présente également de beaux succès : Taiwan prend la 37ème place du classement et affiche la meilleure progression avec 52 places gagnées. Destination prisée par l’industrie textile et électronique, l’île asiatique se distingue par un engagement accru dans la gestion des risques prise de plus en plus au sérieux, tant au niveau national pour les risques de catastrophes naturelles que par les entreprises au niveau du risque incendie.

Ainsi si certains pays comme la Norvège semblent tenir le cap de la résilience sans difficulté, d’autres ont souffert d’une situation politique instable, d’une gestion fragile des risques naturels, ou d’un faible investissement dans les infrastructures. « Il faut se pencher sur la composition de la note et tenter de réduire les risques de ses fournisseurs existants, lorsque c’est possible. Ainsi, certaines actions simples menées sur les sites peuvent considérablement réduire les risques, même dans le cas d’événements inéluctables comme des catastrophes naturelles » conseille Thierry Masurel.

FM Global est le spécialiste mondial de la prévention, la gestion et l'assurance des risques industriels. Un seul but: garantir aux entreprises la continuité de leurs activités partout dans le monde.

Découvrir